Amazigh tu es, Amazigh tu resteras !

dim, 2007-12-02 17:14 -- Fadma

Dans un lointain village de l’Atlas, vivait un enfant, son père travaillait la terre, sa mère la laine et elle s’occupait des maigres moutons, entretenus avec des herbes desséchées par les longues années de sécheresse. Une vie modeste, un habitat fait de terre couvert de roseaux tissés par les mains habiles du père. Dans une djellaba usée, décolorée par les milliers de fois lavée à la main, par les centaines de coup pour en dégager la crasse, Anir grandit, un morceau de pain, garni de huile d’olive à la main, elle coulait jusqu’au coude.

Il était là sur sa crête, à admirer le lointain paysage, la beauté des montagnes qui valsaient, taguaient, pour venir mourir harmonieusement aux pieds des doux nuages. Un soleil doré, teintait d’or et d’argent de lointaines contrées, inconnues pour Anir, ces pays où l’on disait que la terre n’était que sable, où il ne pleuvait jamais, « foutaises ! » se disait-il, lui qui n’avait connu que cette crête, que ces sillons, qui lui sont devenus familiers, cette neige, qui l’enfermait pour des jours entiers, et qu’il redoutait plus que tout ; ce mont, qui pourtant lui tenait tant à cœur.

Anir, croyait que chacun avait son mont, et que chacun, restait en son mont, comme lui ne l’avait jamais quitté !! « Je veillerai sur mon mont, se disait il, il est à moi, à mes parents, et bien avant à mes grands parents », il jeta un regard triste sur les tombes de ses grands-parents, puis suivi d’un sourire fier « Il sont morts en défendant leur mont » lui disait sa mère. Anir ignorait, l’histoire de ces ancêtres, ignorait, la grandeur de son peuple, mais aimait plus que tout au monde, son mont !

Un beau jour, alors qu’Anir, revenait d’un lointain ravin, où il avait conduit les bêtes, une silhouette étrangère se tenait au prés de sa mère, à la porte de la maison. Un silhouette, mince, « bizarrement habillée », se disait il. Plus proche, il reconnu, un jeune homme, habillé d’une tenue nouvelle, pas du tout en djellaba, comme il avait toujours connu. Un pantalon, bien repassé, et une chemise de couleur bleu claire, qui laissait sentir une odeur de printemps. « C’est ton oncle, Reda, qui vient nous rendre visite, il habite en ville ! », lui dit sa mère, Anir s’empressa de le saluer respectueusement, en lui baisant la main. Apres déjeuner en présence du père, l’oncle aborda un sujet, d’une grande importance, il comptait emmener Anir en ville afin de lui permettre de suivre des études. Les parents, bien que conscients de cette chance offerte, eurent quelques hésitations, puis cédèrent. Anir, pris ces quelques affaires, mais l’oncle, les rejeta, « Laisse ceux-la, il ne te serviront plus ! Je t’en achèterai de nouveaux ! ». Anir, tout souriant, les jeta au font d’une chambre noire ! Pour courir suivre son oncle.

A l’approche de la ville, Anir, pris de stupeur tel un étalon affolé, se blotti à son oncle, des bruits de tout part, des dizaines de personnes, allaient, venaient, sans se regarder, sans se saluer, tel une fourmilière. Anir, restait bouche bée, et se blotti à son oncle qui lui tenait la main.

Arrivé à la maison, et salué par la gentille femme de son oncle, Anir, tout rouge, rétorqua par des sons à peine audibles !! Elle continuait à lui parler gentiment, mais soudain, Anir se rendit compte qu’il ne comprenait pas un traître mot de ce qu’elle disait ! « C’est une étrangère, qu’à épouser mon oncle ? » se demandait-il ! « Laisse-le, il ne parle pas arabe » repris l’oncle. Anir, les yeux écarquillés, voila que son oncle parle ce même langage qui lui est si étranger !

Le lendemain, l’oncle acheta des vêtements neufs pour Anir, ils étaient beaux, colorés et plus légers que sa veille crasseuse djellaba. Anir, était aux anges.

Une fois, bien lavé, bien habillé, l’oncle le pris par la main, et l’emmena l’inscrire à l’école. « Une grande cour, plusieurs salles, et tellement d’enfants » songeait Anir. Les formalités finies, Anir était devenu un élève de cette école, il en était tout fier. On le conduit dans une classe. La maîtresse, lui montra une place, et bien qu’il ne comprenait toujours pas cette langue, il compris qu’il fallait s’asseoir comme tous les autres !

A la récréation, certains élèves vinrent le rejoindre, ils lui adressèrent la parole, il n’en comprenait pas un mot et répondit en amazigh !! « Khlli dak chliyih », dis l’un d’eux, puis s’en allèrent avec beaucoup de mépris, pour cet être, chétif, et muet.

Pour la première fois de sa vie, Anir, se senti différent, rejeté, avili par cette langue qui lui manquait, et abaissé par ces montagnes qui l’on rendu ignorant. Pour la première fois, il regarda avec mépris, ces mêmes montagnes, qu’hier, il disait magiques, il vit en son mont, une grotte vile, lui, qui, hier, ne jurait que par elle. A chaque fois qu’on lui adressait la parole, il souhaitait que la terre s’ouvre pour l’engloutir. A son mutisme, répondaient le mépris, et l’isolement dans la cour. Il était différent ! Il était étranger !

Anir prit sur lui, et se mit à l’arabe et ne tarda après une année à la parler comme les autres. Il se fit de nouveaux amis, et ne parla que l’arabe, cette langue du Salut, qui lui avait permis d’apprendre à lire, à écrire, à être tout simplement. Pendant cinq ans, il ne vit pas ses parents. Quelques jours avant la fête du Sacrifice, son oncle le raccompagna les voir.

« Anir arrive, quel bonheur ! » Sa mère, toute en larmes, regardait ce beau jeune homme, dont les mains si douces, les pommettes si rouges, les habits si beaux. Elle le prit dans ses bras. Anir, regardait cette femme, veille, dont les mains fissurées par les rudes taches, le visage sillonné par les années, les habits sales et troués, « Heureusement que mes amis ne l’ont pas vue » se disait il.

Il rentra, dans cette cabane, où l’on ne pouvait s’adosser sans salir sa chemise, il refusa de s’adosser. Sur la petite table on déposa de l’huile d’olive, Anir, la regardait. Sa mère, d’un ton doux, le convia à manger. « Je n’en mange pas ! ». Sa mère sourit et se précipita, pour lui préparer une omelette, Anir, n’en voulu pas pour autant ! La maman, regardait ce jeune homme, et se demandait « mon Dieu est ce mon fils ? » Anir, sortit les mains dans les poches, s’en alla vers la crête où il avait l’habitude de rester des heures !! Il regarda, ses ravins, ses montagnes, ses rivières desséchées, puis se rappela des tombes. Il les regarda d’un air indifférent, « Pauvres de vous, se disait il, vous êtes morts pour un bout de roche, et vous y êtes enterrés » Il reparti joindre son oncle. Anir resta quelques jours, puis repris le chemin de la ville. Sa mère, effondrée, le regardait, s’éloigner, « Que -t’es-t-il arrivé mon fils ? ». Anir, sans se retourner, pressa le pas, pour s’éloigner de ses rochers de peur qu’une main mystérieuse ne l’y retienne pour toujours. Arrivé en ville Anir repris ses études et coula dans cette vie, dans cette routine de la vile ville.

Un jour au cours d’un match de football, il s’embrouilla avec un des joueurs, et la bagarre éclata, Anir l’entendit l’injurier de chliyih, de moins que rien, de montagnard, de sauvage et d’ignorant. Au soir, bien plus profonds que les coups pris lors de la bagarre, les injures résonnaient dans sa tête, et une seule question revenait : « Pourquoi l’insultait -t-il de chliyih, de sauvage, de montagnard ? ». Lui qui parlait si bien l’arabe, lui qui avait rejeté ses montagnes, ses ancêtres et même sa famille, pour cette langue.

Anir s’endormit, il se vit au beau milieu d’un brouillard, un froid glacial le gelait, il marchait sans savoir où, une obscurité se mela au brouillard, puis une voix stridente, celle d’un oracle, résonnait, répétant inlassablement les injures, ces mêmes insultes, qui renvoyées par l’écho, l’assourdissaient !! Soudain une brise dissipa cette obscurité opaque et chassa le brouillard, pour qu’apparaissent des montagnes, des rivières, des forets, des déserts, sous un beau soleil d’été. Anir, marchait, marchait, se traînait, se buttait contre les arbres, se roulait sur le sable, se frappait la tête contre les troncs d’arbre. Une seule question, lui nouait la gorge mêlée au sanglots : Pourquoi suis je né achelhi ? Ne suis-je pas assez arabe pour eux ? Suis-je l’un ou l’autre ? Que suis-je ? Une voix s’éleva, d’une majesté absolue, elle résonnait de partout, ne s’emblait venir ni d’un coté ni d’un autre, elle venait de partout : « Je suis la terre, ta mère, celle dont tu as été crée, celle qui t’a porté, celle qui t’a nourrit et t’as vu grandir, et celle qui t’accueillera en son sein après ta mort. J’ai existé depuis la nuit des temps, avant que naisse la lumière, avant que ne soit l’eau, et bien avant l’homme. Ton peuple, Anir, a foulé mes contrées, parcouru mes déserts et asservi mes montagnes !! Il m’a défendu et m’a irrigué de son sang. Ton peuple Anir, s’il devait être édifié à la taille de leur courage, n’aurait trouvé assez de place sur toutes ces terres pour un seul de ses hommes et de ses femmes. S’il devait être édifié en montagnes, il cacherait le soleil, pour la moitie de l’univers, s’il devait être étendu en rivières ils engloutirait toutes les contrées. Ton peuple est un peuple de géants, incarnés en hommes. Ton peuple, n’a d’égale que leur courage, leur honnêteté, et leur bonté ! Ton peuple est un grand peuple, sois en fier. Amazigh tu es, et amazigh tu resteras. C’est écrit au sein des étoiles, et gravés par les sillions des torrents, et tel fut écrit et tel sera ».

Anir, continua à marcher. Puis une seconde voix résonna, aussi majestueuse que la première : « Je suis la montagne, celle qui t’as vu naître, celle qui a abrité ton peuple depuis la nuit des temps. Ton peuple, Anir, m’a défendu de tout son âme, hommes et femmes, ont fait ruisseler mes ravins de leur sang. Ton peuple Anir, de ses mains, a creusé les plus durs de mes rochers, pour cultiver la vie. Ton peuple est fier. Amazigh tu es, Amazigh tu resteras. »

Anir fatigué, s’effondra sur le sable chaud. « Je suis le désert, je cultive la mort, et irrigue de soif. Je suis un souffle de l’enfer, et une terre maudite. Mais ton peuple Anir, m’a foulé de long en large, à braver mes tempêtes de sables, ma chaleur infernale, et a extrait l’eau de mes entrailles. Ton peuple est brave et fier. Amazigh tu es, et amazigh tu resteras. »

Anir se releva, le soleil allait se coucher, puis un vent froid le surprit, aux couleurs du crépuscule se mélangeait une opaque obscurité, déchirée par des éclairs qui s’abattaient sur un lointain horizon. « Je suis le Temps, entendit-il, J’existe depuis le commencement. Bien avant l’univers, et bien avant les quatre éléments. J’ai connu ton peuple, qui m’a défié, et au long de longs millénaires et ont su résister, jusqu’à aujourd’hui. Ils ont su restés eux même. Sois en fier. Amazigh tu es, et amazigh tu resteras »

Toutes ces voix se levèrent, répétant inlassablement et de plus en plus fort : « Amazigh tu es, amazigh tu resteras, Amazigh tu es, Amazigh tu resteras.. »

Anir se bouchait les oreilles, mais il entendait toujours ces voix !! Il sursauta, pour réaliser que ce n’était qu’un rêve. Il se réveilla, mais durant toute la journée ce rêve le hanta !

« Que peut bien signifier, Amazigh, dont ils ne cessent de me parler ? » Il se promit de chercher et d’en savoir plus. De ligne en ligne, de texte en texte, de livre en livre, Anir découvrait cet Amazigh. Cette Amazighité, si majestueuse, qui avait sillonné toute l’Afrique, qui avait combattu les plus grands des peuples, qui avait fait de son Pays ce qu’il était. Il découvrit que sans l’Amazigh, son pays n’aurait pu exister, que la richesse de sa culture était plus étendue que les eaux des océans, que les sens de ses énigmes plus profonds que toutes les mers. Il découvrit que l’Histoire s’était prosterné à son peuple par respect, que leurs dynasties avaient foulé toutes les terres. Amazigh, cet homme libre qu’il était devenu ! Amazigh, ne cessait il de se répéter !! La fierté scintillait dans ses yeux ! Anir venait de se libérer, il était devenu un homme libre, libre, il était devenu un Amazigh.

En marchant vers le marché, il croisa son ancien adversaire, toujours avec le même regard de mépris !! Celui-ci lui lança : « Affin a chliyih » (Alors le chliyih (diminutif/ péjoratif de achelhiy), mais il remarqua que la lueur des yeux d’Anir avait changé, ses yeux brillaient et son regard soutenait le sien au point d’en sentir le poids. Anir rétorqua « Goul Amazigh al kanbou, walakin nta bzaf 3lik, Amazigh bzaf 3lik », il le bouscula et passa son chemin. Son adversaire, restait bouche bée, et ne sachant que répondre demeura statufié.

En revenant vers la maison, Anir aperçu à l’horizon, sa montagne, un sentiment de nostalgie le parcourut, et coura ramasser ses affaires. Anir grimpait sa montagne, jamais elle n’avait été aussi belle à ses yeux, jamais elle n’avait été synonyme de liberté, jamais elle ne l’avait tant attiré. A la vue de sa mère, elle se souvint de ce qu’il avait lu dans un de ses ouvrages : Les femmes amazighes, tel un livre sacré avait sauvegardé l’identité amazighe. Elles l’avaient notée dans leur cœur, et dans leur corps ! Elles l’avaient chantée au soleil, apprise à la lune, et l’avaient dansée autour d’un feu d’été comme d’hiver ! Elles avaient soulevé et maintenu des millénaires de savoir, que même Atlas ou Hercule n’auraient pu supporter. Amazigh, Anir le devait à cette femme. Il courut, et avec un mélange de sanglots et de paroles, il la remercia, lui prouvant son amour, car il avait compris que c’était elle la vraie Amazighe. Sa mère, partageait ses pleurs, larmes de joie, de retrouver son fils, ce bout d’elle-même qui incarnait son espoir et sa continuité. Anir, se retourna, puis suivi de sa mère, s’en alla vers le mont. Il s’approcha des tombes, et sans dire un mot, il leur marqua le plus grand des respects et leur voua la plus profonde des admirations. Enfin, il se rapprocha du bord, il prit une poignée de terre et la serra fort, admira l’étendue des montagnes, majestueuses, prolongea son regard vers la terre dite des sables !! Il se dit « Amazigh je suis et Amazigh je resterai !! Merci à vous, quand à toi Temps, je suis là et je te défierai tels mes ancêtres, et demain te défiera ma descendance Amazigh. Amazigh je suis et Amazigh je resterai. »

Par Takfarinas

Social


© 2005 Imazighen La richesse des productions d'un champ n'est pas à raison de son étendue, mais de sa culture.
Follow in Bloglovin