Les dernières potières du Rif

1 post / 0 new
Portrait de Fadma
offline
Inscription: 2006-01-28 07:15
Les dernières potières du Rif

Azul ayathma th souyahma inu,<br /><br />Nous sommes en pleine saison sèche, l&#039;époque où les potières travaillent l&#039;argile, et Aïcha est descendue de la montagne pour vendre sa production hebdomadaire de poterie. Aïcha est l&#039;une des dernières potières du Rif, témoin de l&#039;art de travailler la céramique presque aussi ancien que la céramique elle-même.. Dans son village de Aïn Bouchrik, elle et ses 4 enfants m&#039;ont accueilli comme si j&#039;étais un membre de leur famille.<br /><br />Une fois par semaine, après la prière du matin, Aïcha s&#039;en va chercher de la «douka» et de «l&#039;azguin», l&#039;argile et de petites pierres dont elle a besoin pour élaborer ses pièces. L&#039;âne est l&#039;unique transport qui lui permet de se déplacer à travers ce paysage si abrupt.<br /><br />Comme chaque matin pour arriver au puit Fatima et Khadija, les filles de Aïcha, ont mis plus d&#039;une demie heure. Autour du puit, se réunissent toutes les femmes du village pour recueillir l&#039;eau nécessaire à la vie quotidienne. Pendant la saison sèche, un gardien, surveille la redistribution de l&#039;eau du puits. <br /><br />Chez elles, Aïcha attend ses filles pour commencer à mélanger l&#039;eau avec l&#039;argile et obtenir ainsi la matière première pour la poterie. Ensuite elle laisse reposer le mélange jusqu&#039;à ce que la terre se soit dissoute afin de pouvoir commencer à la travailler. <br /><br />La maison, durant cette saison, est le refuge principal de la famille. Les épais murs de terre conservent la fraîcheur de la cour centrale où tous se réunissent pour se consacrer à leurs occupations. Fatima et Khadija se chargent toujours des travaux domestiques, mais cette fois, Mohamed interpellé par la présence de la caméra aide ses sœurs en remuant la calebasse du beurre. Fils aîné de Aïcha., il est le seul qui ait étudié à la ville.<br /><br />Aïcha utilise une petite pièce qui donne sur la cour comme atelier occasionnel de poterie. Ici tout au long de la semaine, pendant qu&#039;elle modèle et décore la terre, elle reçoit la visite de ses voisines. Elle ajoute à la «douka» dissoute dans l&#039;eau un peu «d&#039;azguin», dégraissant qui donne de l&#039;élasticité à l&#039;argile. Elle pétrira le mélange, jusqu&#039;à ce qu&#039;il devienne parfaitement malléable. <br /><br />De la même façon, ses filles mélangent l&#039;eau et la farine pour élaborer la pâte du pain et les beignets («sfinge»). Sur ce four à bois, le «kannoun», elles cuisinent aussi le couscous les jours de fêtes.<br /><br />Les potières du Rif n&#039;utilisent pas de tour; à la place, elles modèlent les pièces sur 2 plateaux de céramiques superposés, en faisant tourner la plaque supérieure avec les mains. Aïcha a 50 ans, bien qu&#039;elle semble plus âgée, elle travaille la terre depuis plus de 30 ans. Veuve depuis longtemps, elle a du entretenir toute sa famille grâce à la vente de ses céramiques. Elle peut modeler de 8 à 10 pièces par jour selon leur taille. «J&#039;ai demandé à Mohamed qu&#039;il me fasse connaître d&#039;autres villages, je veux parler avec d&#039;autres potières, découvrir d&#039;autres céramiques, afin d&#039;en savoir plus sur leur art et leur vie». <br />Aïcha s&#039;interroge que je m&#039;intéresse tant à son travail et que je la filme jour après jour. Nous ne communiquons pas par la parole, mais nous nous comprenons bien par les gestes et le regard, comme si tout était évident. Elle travaille sur plusieurs pièces à la fois pour laisser l&#039;argile prendre, car c&#039;est une matière très fragile; les petites pièces en revanche elle les modèle en une seule fois. Elle utilise peu d&#039;outils, quelques morceaux de bois, ou un bout de cuir qu&#039;elle mouille toujours pour façonner sans abîmer l&#039;argile. Cette cruche est un «ganbur», les femmes de la région l&#039;utilisent pour recueillir l&#039;eau et la conserver à la maison: comme elle n&#039;est pas vernissée, la céramique «transpire» et garde l&#039;eau toujours fraîche.<br /><br />Après quelques heures au soleil, l&#039;argile a acquis la consistance du cuir comme disent les potières et la pièce peut ainsi être polie à l&#039;aide d&#039;un galet de façon à laisser la surface bien lisse et prête à recevoir la décoration. <br /><br />Les villages du Rif m&#039;ont surpris par leur joie, les gens m&#039;ont accueilli avec amabilité, les enfants m&#039;ont entouré de leur rire et les femmes m&#039;ont ouvert les portes de leurs maisons m&#039;invitant à partager leur repas et quelques moments de leur vie.<br />...<br />NB je vais vous poster la suite de cet article, comme ça vous n&#039;aurez pas le vertige à lire le tout d&#039;un coup! <br /><br />Par: Julio Soriano Alfaro (Espagne)<br />Source: tawiza.net

Lire la suite ici : <a href="http://www.fadma.be/tamazight/les-dernieres-potieres-du-rif" title="Les dernières potières du Rif">Les dernières potières du Rif</a>

Social


© 2005 Imazighen La richesse des productions d'un champ n'est pas à raison de son étendue, mais de sa culture.
Follow in Bloglovin