45e Anniversaire de la mort de Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi

mer, 2008-02-06 22:30 -- ilmes
45e Anniversaire de la mort de Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi

Le 6 février se seront écoulées quarante cinq ans depuis le décès de l'un des plus grands héros de la lutte anti-coloniale de notre peuple: Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi, plus connu dans la mémoire populaire sous le nom de Abdelkrim.
Nouri de notre culture multimillinaire, profondément musulman, ouvert sur le monde moderne sans complexe, Mohamed Ben Abdelkrim a été non seulement le vainqueur des troupes espagnoles du général Sylvestre à Anoual mais aussi l'organisateur et l'animateur d'une ébauche de contre-Etat opposé au colonialisme et authentiquement national.

Plus que cela, Abdelkrim a été un des initiateurs les plus doués de la lutte contre l'impérialisme international, représenté en l'occurrence, dans notre pays au cours du premier quart du siècle dernier, par les colonialismes espagnol et français.
Ce dernier qui venait de triompher de l'Allemagne et de ses alliés de l'axe, avait décidé, après ses premières défaites en terre marocaine depuis la fin de la «grande guerre», d'envoyer au Maroc un corps expéditionnaire de près de 250.000 hommes avec blindés et aviation. Il en avait confié le commandement à l'un des plus prestigieux de ses chefs de guerre, le vainqueur de Verdun, le maréchal Pétain de sinistre mémoire aussi bien pour notre peuple que pour le peuple français.
Malgré la coalition des troupes espagnoles et françaises, il fut difficile aux deux colonialismes de mettre à genou les soldats patriotes d'Abdelkrim issus de la glèbe marocaine et originaires de la plupart des régions et originaires des centres urbains du pays.

Le gouvernement - état-major d'Abdelkrim ne s'est jamais limité aux seules questions militaires. Il a mené, en parallèle, des actions conséquentes pour introduire la modernité sous toutes ses formes dans la vie des populations des zones qu'il contrôlait (routes, réseau téléphonique, démocratie locale…)
Il agit ainsi malgré le caractère ingrat du territoire et malgré les difficultés du fait de la guerre, des bombardements et des pilonnages incessants de l'aviation des agresseurs français et espagnols. Le gouvernement d'Abdelkrim a apporté ainsi la preuve supplémentaire qu'un peuple qui veut vivre libre peut être plus fort que le destin.
Cette réalité politique et historique, même si à l'échelle humaine individuelle a semblé, jusqu'à trente ans après la fin de la guerre du Rif, contredite par l'évolution des faits, a été à l'origine du développement du mouvement de revendication de l'indépendance sous la direction du mouvement national et de Mohammed V.

Mohamed Ben Abdelkrim n'a pas été l'initiateur d'un «centre-Etat» anti-colonial marocain seulement. Il a été le précurseur de toutes les luttes armées «positives», c'est-à-dire celles qui ne se limitaient pas à résister mais qui façonnaient, dans le concret, des structures nouvelles d'un Etat nouvelle formule en gestation.
C'est se qui explique l'affirmation du général Vô Nguyen Giap, le vainqueur de Dien Bien Phu et de la guerre d'Indochine en 1954, quand il faisait de la guerre du Rif et d'Abdelkrim les prototypes des guerres menées par le peuple vietnamien pendant trois décennies contre la France puis les Etats-Unis.

En ce jour anniversaire de la disparition de Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi, nous avons toutes les raisons d'être fiers que notre peuple ait été à même de produire un héros tel que lui.
Le PPS lui rend hommage et s'incline devant sa mémoire.
Il serait temps que la dépouille de ce grand homme, de cet homme d'Etat, de ce chef de guerre hors pair, soit rapatriée. De mieux, il serait temps que le Maroc ait aussi son Panthéon qui abriterait tous ceux parmi les fils et filles de la patrie auxquels nous devrions être reconnaissants.

Article paru dans Albayane.ma

News: 

Social


© 2005 Imazighen La richesse des productions d'un champ n'est pas à raison de son étendue, mais de sa culture.
Follow in Bloglovin