Pour la mémoire de la République du Rif

Pour la mémoire de la République du Rif

Pour la mémoire de la République du Rif

Le dimanche 6 août 22006, le Docteur Omar El Khatabi est mort suite a une longue maladie. Il était le dernier fils de Abdeslam El Khatabi compagnon et oncle de Abdelkrim Khatabi et M'Hamed, qui ont lutte contre le colonialisme espagnol et francais au Maroc et fonde La République du Rif. Omar El Khatabi est né sur le bateau qui emmenait toute la famille et les combattants en exil en 1927 sur l'île de la Réunion, il vit en Egypte à partir de 1947, poursuit des études de médecine en Suisse, puis rentre au Maroc a la fin des années 1960 . Il est enlevé et atrocement torturé après le coup d'Etat raté contre Hassan 2 en 1972. Il est finalement relâche et garde en surveillance . Sa clinique a Kenitra, était très célèbre. Il y soignait gratuitement les indigents, une partie des revenues étaient versée à la Résistance palestinienne, il soutenait de nombreux mouvements et organisations de lutte. Il construit et met en place à Ajdir, sur les lieux même où a été fondée la République du Rif une fondation de Recherches et d'Etudes Abdelkrim El Khatabi : Cette fondation ne sera jamais reconnu par le pouvoir : Ce qui ne l'a pas empêche d'organiser nombreuses conférences et rencontres pour garder présent dans la mémoire collective, la lutte du peuple rifain et de ses révolutionnaires. Quand après la mort de Hassan 2, Mohamed 6 succède a son père, il met en place un conseil pour la « réconciliation . Omar El Khatabi sera un des seuls a refuser toute indemnisation : Il exprimera publiquement sa position « pourquoi accepterai-je une indemnisation ? Je revendique ce pourquoi j'ai lutte, je regrette seulement d'avoir rate ». Omar El Khatabi a été la voix de la République du Rif, il a poursuivi la lutte menée par Abelkrim et le peuple rifain pour ne pas l'occulter. Il s'oppose vivement quand le nouveau roi, Mohamed 6 suivant les conseils d'anciens opposants repentis, veut faire rapatrier au Maroc le corps d'Abdelkrim enterre au Caire .Il comprend parfaitement que ce n'est qu'un stratège de plus du Makhzen pour enterrer définitivement Abdelkrim, en en faisant un symbole vide de son contenu révolutionnaire, Omar dira . « Ce qui nous importe, ce sont les idées d'Abdelkrim et qu'elles continuent a vivre ». [b]La République du Rif.[/b] Abdelkrim El Khatabi, avec son frère M'Hamed et son oncle Abdeslam, ont tous trois étaient les « barbudos » , complémentaires et unis dans la lutte du peuple rifain pour son autodétermination. Quand le Maroc est partage en 1912 entre la France et l'Espagne, c'est a l'Espagne que revient le contrôle de la région du Rif. La monarchie marocaine sera maintenue dans un rôle symbolique dans le cadre du Protectorat de la France gouverne par le Général Lyautey. Les tribus du Rif, guerrières et en dissidences, refusent l'occupation espagnole. Abdelkrim K va confédérer les tribus du Rif pour combattre l'occupation espagnole. Avec son frère M'Hamed et son oncle Abdeslam, ils organisent les combattants, et mettent au point une technique de guerre pour harceler l'ennemi et prendre leurs armes, c'est la technique de la guérilla qui sera appliquée contre l'armée espagnole, forte de son expérience dans les colonies espagnoles et bien armée. Apres la Bataille d'Anoual en 1921, l'armée espagnole subit une lourde défaite, mise en déroute, le général Sylvestre , qui avait fait ses armes Cuba , a la tete du commandement se suicide , déshonore de la défaite infligée par des hommes sans armes, nu-pieds, ... Après la bataille d'Anoual en 1921, Abdelkrim est reconnu Emir et la République Rifaine est proclamée, les prémices d'un Etat moderne se mettent en place. Il accorde une grande importance a l'enseignement, a l'information,... Les combattants rifains infligent de lourdes défaites a l'armée espagnole et comptent poursuivre la lutte pour libérer l'ensembe du Maroc occupe par l'Espagne, la France et la monarchie marocaine complice et opposée a la résistance. Dans cette lutte inégale, la République du Rif soutenue par l'Internationale Communiste (cf congres de l'I.C.) les surréalistes les anti-colonialistes en France,les Républicains et Anarchistes en Espagne : La petite République du Rif sera le fer de lance des luttes pour l'indépendance des autres pays colonises. Sentant le danger venir pour ses colonies, notamment en Algérie voisine, la France se rallie a l'Espagne pour mettre fin a l'avancée des combattants rifains. Pour la première fois, aviation et bombes chimiques seront utilisées pour venir a bout des résistants. Les dégâts sont énormes, les combattants rifains ne sont pas armes pour combattre l'aviation : C'est un vrai massacre des populations rifaines et jusqu'à aujourd'hui, les séquelles des bombardements chimiques sont encore visibles. Abdelkrim et les combattants rifains sont contraints de se rendre en 1926.Ils seront exiles sur l'île de la Réunion. A partir de 1947, de son exil au Caire, Abdelkrim poursuivra la lutte pour les indépendances des pays colonises au Maghreb et ailleurs. Abdelkrim est visite par Ho Chi Min, qui reconnaîtra en lui le père fondateur de la guérilla , stratégie qui sera utilise contre l'armée française au Vietnam, il lui demandera de lancer la dissidence au sein des troupes françaises en incitant les soldats marocains enrôlent dans les troupes françaises a retourner leurs armes. El Che rencontrera Abdelkrim au Caire, pour l'histoire, il semble que toutes les photos de cette rencontre ont été retires par le pouvoir marocain. Neruh, le visitera également et le reconnaîtra comme le fondateur du Tiers-mondisme. Il organise et forme en Syrie et en Irak. des combattants pour une armée de libération du Maghreb . Il s'oppose aux Accords d'Aix-Les-Bains signes en 1955 avec la France pour une indépendance du Maroc qu'il qualifie de « formelle », une nouvelle manière de vendre le Maroc dira-t-il. Tant que l'Algérie n'est pas indépendante, la lutte doit se poursuivre dans tout le Maghreb. Il refuse de rentrer au Maroc après l'indépendance. La monarchie et le mouvement nationaliste bourgeois (Partie de l'Istiqlal) qui gouvernent le Maroc après l'indépendance pourchassent, liquident, tuent tous ceux qui ont combattu avec Abdelkrim et qui ont poursuivi cette lutte . Les années 1957,58,59 ont particulièrement étaient terribles dans le Rif, un des derniers symboles comme Hadou Aqchich, enlève en 1957 et dont on ne sait rien toujours et bien d'autres. Abdelkrim El Khatabi meurt au Caire le 6 février 1963, ou il est enterre. La mort de Omar El Khatabi ne fait que raviver encore plus cette histoire occultée au Maroc : Cette histoire n'appartient pas seulement aux Maroc, elle est l'histoire de tous les libérateurs et révolutionnaires, des luttes pour un monde de justice et de dignité, pour des peuples souverains. Pour que vive sa mémoire et au-delà de sa mémoire, celle des luttes des peuples libres, indépendants, souverains. Omar El Khatabi, fils de Abdeslam El Khatabi, sera enterre mardi 8 août 2006 a Ajdir, lieu de la fondation de la République du Rif en 1921. [i][b]Souad Guennoun[/b][/i] [i]Caracas, lundi 7 août 2006[/i] Pour la mémoire de la République du Rif
Insert Image
Pour la mémoire de la République du Rif
Tamazight

ikabouzen Fri, 10/17/2008 - 07:10

Il construit et met en place à Ajdir, sur les lieux même où a été<br />fondée la République du Rif une fondation de Recherches et d&#039;Etudes<br />Abdelkrim El Khatabi : Cette fondation ne sera jamais reconnu par le<br />pouvoir : Ce qui ne l&#039;a pas empêche d&#039;organiser nombreuses conférences<br />et rencontres pour garder présent dans la mémoire collective, la lutte<br />du peuple rifain et de ses révolutionnaires.<br /><br /><br />Est ce lieu, ce batiment??? est-il tjrs present a ajdir ou a t il etait detruit comme la demeure de amghar mohand a AIT KAMRA??? :huh: