Tamazight

L’image de la femme amazighe dans le conte
Dans ces contes versifiés et sélectionnés par une équipe de chercheurs en littérature, l’image de la femme dans ses relations avec le mari, les enfants et les voisins occupe une place de premier plan, et ce à la faveur de la représentation qu’on se fait d’elle, des fonctions primordiales dont elle a la charge. Elle a été et sera toujours le pilier de la famille. C’est pour toutes ces considérations, qu’on a fait de la femme un objet d’investigation en anthropologie, sociologie, ethnopsychologie. Ces travaux de recherche sont menés sous la direction des spécialistes des domaines cités : Veronika Gorog Karady, Gérard Meyer, Calame Griaule qui voient l’opposition homme-femme sous l’angle de la complémentarité à l’image de la conception dualiste du monde.
Jamais un homme ne se proposa, volontairement ou involontairement, un but plus sublime, puisque ce but était surhumain : Saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l'homme et l'homme à Dieu, restaurer l'idée rationnelle et sainte de la divinité dans ce chaos de dieux matériels et défigurés de l'idolâtrie...
La femme amazighe occupe toujours une place importante, elle assume le rôle d’intendante au sein du foyer familial et en assure la distribution des tâches, la répartition équitable des responsabilités, elle est respectée et porte la lourde responsabilité de la famille et l’honneur du foyer défendu.

Elle est omniprésente par ses chants et ses rites, dans toutes les manifestations culturelles du groupe : mariages, fêtes, circoncisions, moissons, cueillettes…. Elle est considérée, respectée, mère des enfants donc féconde et fertile assimilée au monde rural humide et naturel comme l’a précisé Bourdieu.
Il est mort en exil loin de sa patrie, mais le souvenir de la grandeur d’un homme reste vivant dans
Très content du résultat, dès le soir venu, il se rend à la hutte, tape à la porte et dit à l’homme “emprisonné” :
“Etskhilk Eldi Thabbourth A vava Inouva !” (Papa Inouva, ouvre-moi la porte, c’est moi ta fille Rova !)” ?

Pour éviter toute mauvaise surprise, le père lui dit : “Tchène-tchène thizevgathin im A illi Rova !” (Fait tinter tes bracelets, Rova ma fille !)

La première épreuve passée avec succès, l’ogre fait tinter son collier, dont le tintement ressemble à s’y méprendre à celui de Rova.

Abusé, il enlève la cale de la porte pour faire rentrer sa fille, mais en guise de fille,c’est un ogre velu avec des grands crocs qui lui saute dessus,et qui lui dit : “Dounith Fella-k’ thekfa Ak Tchagh Assa...
 le tremblement de terre d’Al Hoceima
Le mardi 24 février 2004, un tremblement de terre de magnitude 6,5 sur l'échelle de Richter s'est produit dans la Méditerranée près du port marocain d'Al Hoceima. L'épicentre a été localisé à environ 295 km à l'est-nord-est de Rabat. Des répliques sismiques importantes ont continué à se produire dans les premières heures de la journée du mercredi 25 février. Le séisme a fait plus de 600 morts et de 400 blessés. Depuis trois ans, la population de la région d’Al Hoceima, d’Ajdir à Tamassint, se bat pour obtenir les aides promises par l’État, principalement pour la reconstruction de logements dignes et répondant aux normes antisismiques. Voici la chronique de cette intifada.
De Aith Waryagher van het Marokkaanse Rifgebied
Het Nawoord door de Sietske de Boer (journaliste in Rif en een van van de vertalers van het boek):

Ook al zijn steeds meer Nederlandse Marokkanen tegenwoordig geboren en getogen Mokummers, onvervalste Hagenezen of rasechte Brabanders, zij hebben allemaal oprechte belangstelling voor de Rif, de regio in het noorden van Marokko waar hun ouders of grootouders geboren zijn. Zomers kent de Rif een ware invasie van Nederlandse Marokkanen, het inwoneraantal van El Hoceima verdubbelt dan van 30.000 naar 60.000. Ongeveer de helft van de auto’s die in de zomermaanden de tweebaanswegen verstoppen heeft een Nederlands nummerbord, en overal om me heen hoor ik dan Nederlands op straat. Zonder overdrijving kun je stellen dat de Rif op een bepaalde manier de dertiende provincie van Nederland is.
TAHMIDDOUCHT Un regard qui traverse le temps !
Tahmiddoucht est un être frêle, ratatinée, burinée par des rides profondes tracées dans ce visage tr
Pourquoi célébrer Yennayer ?
Un philosophe définissait l'Histoire comme tout ce qui nous reste lorsque nous avons tout perdu.
L’histoire de  "Avava Inouva"
«Amachahou rebbi ats iselhou Ats ighzif anechth ousarou» (Ecoutez, que je vous conte une histoire, Dieu fasse qu’elle soit belle, longue et se déroule comme un long fil).
Le conte que vous êtes en train de lire a fait le tour de la planète sous sa version chantée. C’est en effet, grâce à Benmohamed (Benhamadouche), pour les belles paroles, à Idir (Cheriet Hamid) pour musique et chant, que ce conte venu du fin fond des âges a pu comme le Phénix renaître de ses cendres. Nous vous le livrons sous sa forme écrite.
Ce conte se passe à l’époque où les animaux avaient le don de la parole et communiquaient avec les hommes.