Les cèdres massacrés au Maroc (Ketama)

Les cèdres massacrés au Maroc (Ketama)

Les cèdres massacrés au Maroc (Ketama)

Une association à Ketama vient d'entamer une série d'actions de sensibilisation pour persuader la commune de Abdelghaya Essaouhel de revenir sur la décision de couper les cèdres plantés sur les hauteurs de Tidghine. En effet, la direction régionale des Eaux et Forêts de la province de Taza avait procédé récemment à la concession d'une superficie estimée à 4 km2 dont beaucoup d'hectares plantés de cédraies au profit de cette commune rurale. Celle-ci est passée à l'acte sans prise en considération le cadre de la protection de l'environnement. Le concessionnaire avait profité du week-end pour accélérer la cadence de la coupe des arbres. Les membres du bureau de cette Association ont saisi, le ministre de l'Aménagement du Territoire, de l'Eau et de l'Environnement, le but étant de préserver le cadre environnemental dans la montagne de Tidghine et de mettre fin au pillage dont il fait l'objet. Le déboisement, peut-on lire dans une lettre de l'association Ketama, engendrera également la disparition des espèces animales, ce qui met en péril le système écologique et l'équilibre naturel dans cette région en général. Sachant que cette richesse forestière qui fait la fierté des populations, constitue également un potentiel touristique. Leshabitants se demandent dans quel objectif la commune a procédé à cette opération coûteuse au niveau socio-économique social et naturel. Ils estiment aussi qu'il y a là une violation flagrante des lois en vigueur et des conventions internationales stipulant la préservation du patrimoine naturel. Le sol, l'environnement, la vie animale et l'aspect l'économie sont les grands perdants de cette opération. LIBERATION
News