15 mai 1912 : Mort d’un grand homme du Rif (Chérif Mohamed Ameziane)

15 mai 1912 : Mort d’un grand homme du Rif (Chérif Mohamed Ameziane)

15 mai 1912 : Mort d’un grand homme du Rif (Chérif Mohamed Ameziane)

Il y a un siècle, le 15 mai 1912, mourait le chérif et résistant Mohamed Améziane. Il tombait sous les balles de l’armée espagnole, à la bataille de Hamam, au Maroc. Né en 1889 dans la tribu des Aït Bouyefrour, à Azghenghen, dans la province de Nador, au nord du Maroc, Mohamed Améziane fréquente l’école coranique, et étudie le Coran et le fiqh (la jurisprudence islamique) sous la conduite du cheikh Abou Hassan Saidali Tanouti. A 27 ans, il part à Fez poursuivre ses études de théologie et de littérature. A 31 ans, il regagne sa région natale et y devient à la fois un chef religieux et un juge (cadi) du Chrââ. A ce titre, il appelle les tribus du Rif à combattre le colonialisme espagnol. A l’époque, les Espagnols sont en train de construire la ligne de chemin de fer reliant Melilla aux mines de fer du djébel Ouksen. Sous le commandement du chérif Mohamed Améziane, les moudjahidines réussissent, lors de leur première attaque contre l’armée espagnole, à stopper l’entreprise. La première grande bataille entre les combattants rifains dirigés par Améziane et les Espagnols se déroule au lieu-dit « Diwana ». Elle se solde par une débâcle et une défaite de l’armée coloniale. Celle-ci, comprenant 17 000 hommes, perd 2 235 soldats, dont 358 morts, parmi lesquels un général et plusieurs officiers d’état-major. A partir de cette date, toutes les tribus du Rif s’unissent derrière le chérif Mohamed Améziane. Durant cinq ans, Mohamed Améziane va livrer une centaine de batailles contre l’armée espagnole. Parmi les plus célèbres, on retiendra la bataille de Diwana, la bataille de Had Aït Chiker, la bataille de Kebdana, la bataille de Selouane et la bataille de Segangan. L’historienne espagnole Maria Rosa de Madariaga a publié, en 2010, un ouvrage intitulé En el Barranco des lobo – las guerras de Marruecos [« Dans le Ravin du loup : les guerres du Maroc »], aux éditions Alianza Editorial. Elle y rappelle les faits d’armes des premiers combattants rifains contre le colonisateur espagnol, et décrit le passage du djihad traditionnel contre l’envahisseur chrétien à la lutte contre l’exploitation des richesses minières du pays par des étrangers, puis à la lutte anticoloniale. Une lutte dans laquelle le chérif Mohamed Améziane est l’immédiat prédécesseur de Mohamed ben Abdelkrim El Khattabi, dit Abdelkrim. [b]Par JONAS EKHR (Le Club de Mediapart)[/b] 15 mai 1912 : Mort d’un grand homme du Rif (Chérif Mohamed Ameziane)
Tamazight